Arrêt de la cité hostile

Arrêt-de-la-cité-hostile1Au Londres comme à Paris, il y n’a toujours aucune mobilisation de la municipalité qui est face à une inhumanité qui perdure.

Parce qu’à Paris également, le primat accordé à l’individuelle calme a détruit les mérites de cette cité que chérissait tant Baudelaire: Paris, cette région d’où jaillirent tant de projets et d’idéaux, cette métropole créatrice, ce capharnaüm, ce tohu-bohu, ce théâtre de toutes les étonnements. A l’heure du Grand Paris, à l’orée du XXIe siècle, cette cité est dessinée suivant les schémas du nettoyage de l’espace public. Les mouvements urbanistiques escomptent le citadin comme spectateur d’un décor où il devrait s’accorder, à l’ambiance disposée pour lui.

Elle produit une violence multiple à l’encontre du flâneur, du passant, de l’errant. Elle est devenue fabricante de marginalisation et d’exclusion à large échelle. Nous faisons l’expérience de la voie non plus comme un espacement de rencontres, mais comme un monde où s’expriment la méfiance et la peur, où la violence faite au terme de chacun se fait de plus en plus vigoureux. dominée par le zèle du luxe, la tentation du tout privé et l’impératif touristique, Paris s’enrichit depuis environ une dizaine d’années d’incroyables dispositifs d’éloignement de quiconque n’est pas socialement favorable.

Si dans de multiples capitales, se sont développées des prisons pour nombreux, les gated communities, une nouvelle sorte de phénomène excluant est visible à Paris. La démonstration d’une cité hostile visant à rendre le pays urbain le plus inhospitalier probable : innovations architecturales combatives, mobilier urbain inconfortable et individualisé, design violent franchement incivil.

Dans le métro, aux accès des établissements bancaires ou des vitrines, tout est fait dan le but d’empêcher les personnes en déshérence de se détendre ou, pire encore, de dormir. Les trottoirs, rues, rebords et murets grouillent de malheureux exemples : arceaux métallisés sur bancs dans le temps publics, grilles emphatiques, constitutions minérales taillées.